Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Sections
Vous êtes ici : Accueil Formation du Médecin Coordonnateur en EHPAD

Formation du Médecin Coordonnateur en EHPAD

 Anne-Sophie Rigaud,  Serge Reingewirtz, Jean-Claude Malbec

Service de Gérontologie clinique
Hôpital BROCA
CHU Cochin Port-Royal, Université René Descartes, Paris V
54/56 rue Pascal
75013 PARIS

Téléphone : 01.44 08 35.03
Télécopieur : 01 44 08 35.10
anne-sophie.rigaud@brc.aphp.fr

Introduction

La fonction de médecin coordonnateur constitue un nouveau métier créé avec la mise en place des conventions tripartites.

Le décret du 26 avril 1999 relatif à la gestion budgétaire et comptable des établissements d’Hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) crée la fonction de médecin coordonnateur et précise les missions de ces praticiens ainsi que les conditions à remplir en vue de leur engagement.

Rôle du médecin coordinateur au sein de l’EHPAD

Les missions et fonctions des médecins coordonnateurs

Les missions et fonctions des médecins coordonnateurs sont nombreuses et pour certaines délicates. Ils doivent élaborer et mettre en œuvre le projet de soins avec le concours de l’équipe soignante et, si possible, celui des intervenants libéraux. Ils doivent assurer la coordination avec les autres prestataires de soins externes à l’établissement, organiser la permanence des soins. Avant l’admission d’un résident, ils donnent un avis sur l’adéquation de l’état de la personne à accueillir avec les capacités de prise en charge de l’institution à ce moment. Il est, par conséquent, souhaitable qu’ils aient connaissance du dossier médical avant l’admission et assurent une visite d’admission. Dans le cadre de l’évaluation des soins, ils sont chargés d’élaborer le dossier médical que les médecins traitants sont invités à compléter. Avec l’équipe d’infirmières ils doivent constituer le dossier infirmier. Ils ont un rôle dans la détection des besoins de formation du personnel soignant et sont susceptibles d’en assurer une part. Ils doivent contribuer à l’élaboration d’un rapport d’activités médicales annuel concernant la dépendance, les pathologies et l’évaluation des pratiques de soins dans l’établissement.

Spécificité de la fonction

Le profil de la fonction nécessite une double compétence :

  1. Institutionnelle qui inclut

    • Des connaissances fondamentales (Politique médico-sociale et législation et contexte économique, La Personne  résidant en EPHAD, Le médecin coordonnateur)
    • Du « savoir-faire » (Organisation et fonctionnement d’un EHPAD , le programme de soins individualisé par objectifs, la valorisation des compétences gériatriques – par un management adapté)
  2. Gériatrique : clinique et thérapeutique

L’arrêté du 26 avril 1999 contenu du cahier des charges impose au médecin coordonnateur une formation validée et une expérience antérieure.

Pour postuler à ces fonctions, une compétence en gérontologie est requise de la part du praticien, tenant compte de sa pratique professionnelle et de sa formation antérieure : module validé dans le cadre de la formation médicale continue, diplôme d’université ou capacité de gérontologie, DESC en gériatrie. Si tel n’est pas le cas, il doit s’engager à remplir les conditions dans un délai de trois ans.

Besoins de formation

Les besoins en formation représente un enjeu de taille.

  • D’une part, il existe un nombre élevé de postes de médecins coordonateurs à pourvoir
    • Au cours de la mise en place des conventions tripartites, les besoins en médecins coordonnateurs d’EHPAD peuvent être estimés à 2500 Equivalents Temps Plein pour 7000 établissements.
    • Les titulaires des diplômes nationaux sont souvent des praticiens hospitaliers et à ce titre peuvent assurer la fonction de médecin coordonnateur dans un établissement dépendant de l’hôpital où ils exercent ou, par convention, dans un établissement se situant dans le réseau gérontologique de proximité. Tel n’est pas le cas de tous les médecins coordonnateurs.
  • D’autre part, les délais impartis pour former cette population de médecins sont courts compte tenu de la spécificité de la fonction. En effet, celle-ci nécessite à la fois une compétence gérontologique et gériatrique et une compétence d’exercice institutionnel comportant notamment une aptitude à la communication, à l’évaluation des besoins tant de la population hébergée que des intervenants dans le domaine de l’information et de l’organisation.

Organisation actuelle de la formation

Modalités d’enseignement

En vue d’acquérir cette compétence et compte-tenu de l’insuffisance d’effectifs de praticiens formés dans le cadre des diplômes nationaux, le Ministère de la Santé a sollicité le Collège National des Enseignants de Gérontologie à contribuer à une formation accélérée des candidats. C’est ainsi qu’il a proposé la mise en place de Diplômes Universitaires (DU) spécifiques à la formation à cette fonction. Ces DU, souvent diplômes inter-universitaires, sont proposés en 2003 dans 15 universités : Angers, Bordeaux, Brest, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Montpellier, Nancy, Nantes, Paris V, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Tours.

Ils comprennent un enseignement théorique d’environ 70 heures réparties en 5 séminaires de 2 jours et une formation pratique (3 semaines de stage) dans des services gériatriques ou structures gérontologiques s’inscrivant si possible dans leur réseau de proximité.

Contenu de l’enseignement

La formation est articulée autour de :

  • La compétence liée au rôle institutionnel. En particulier, un enseignement en management, habituellement absent de la formation habituelle des médecins est indispensable et comporte la formation à la communication, l’animation de groupes, la gestion de conflits…
  • La compétence gériatrique (objectifs pratiques). Le programme de ces diplômes universitaires comprend l’étude des prises en charge préventives et thérapeutiques des situations gériatriques auxquelles sont confrontées les personnes intervenant dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes.

Situation actuelle des candidats à la formation de médecin coordonnateur d’EHPAD

L’analyse du parcours professionnel des  candidats au poste de médecin coordonnateur d’EHPAD met en évidence des profils de formation et d’exercice variés en Ile de France:

  • 1/10 sont des gériatres (DU, Capacité) exerçant en maison de retraite
  • 7/10 sont des généralistes intervenants au sein des maisons de retraite sans formation gériatrique
  • 2/10 sont de jeunes médecins diplômés souhaitant s’orienter vers la gériatrie en EHPAD et la fonction de médecin coordonnateur

Sur l’Ile de France, environ 1/3 des médecins coordonnateurs ayant fait le DU s’inscrivent en capacité de gériatrie dans les deux ans qui suivent.

Les recommandations et questions qui se posent concernant la formation universitaire à la fonction de médecin coordonnateur d’EHPAD:

  • Comment améliorer l’enseignement ?
    La pluridisciplinarité dans l’enseignement de chaque chapitre du programme est importante et nous semble devoir inclure la présence d’un enseignant universitaire, d’un praticien d’EHPAD et si possible d’un directeur d’EHPAD pour favoriser la dispensation d’un enseignement complet.
  • Comment faciliter l’accès au DU ?
    L’organisation universitaire actuelle des DU rend parfois difficile le suivi de l’enseignement par les médecins. Il apparaît donc nécessaire d’adapter l’enseignement aux situations professionnelles variées et à la disponibilité des étudiants. Différents types d’enseignement doivent pouvoir être proposés : formation sur place ou télé enseignement, en semaine discontinue ou en fin de semaine, cours magistraux ou petits groupes.
  • Comment intégrer le contenu du DU à la formation gériatrique ?
    Ces diplômes universitaires organisés en vue de répondre à une situation d’urgence, ne sont, a priori, pas prévus pour être reconduits au-delà de quelques années. La voie d’accès normale à la fonction de médecin coordonateur étant a priori la Capacité de Gérontologie ou le DESC de gériatrie. Il importe donc que la capacité de gériatrie et le DESC puisse intégrer le rôle institutionnel du médecin coordonnateur dans leur programme.
  • Questions posées par l’enseignement du DU
    Les syndicats médicaux de généralistes ont également proposé en parallèle de la formation universitaire une formation à la fonction de médecin coordonateurs d’EHPAD dans le cadre de la formation médicale continue. Quelque soit le mode de formation, une convergence est nécessaire dans la garantie du contenu et les modalités de validation (examen et mémoire).

Conclusion

La formation des médecins coordonnateurs est un enjeu important. Elle donne l’opportunité de former des médecins non seulement à la coordination d’EHPAD mais également à la gériatrie.

Il reste à évaluer la formation et les besoins en formation, notamment par les MC Actuellement, le groupe de réflexion des MC de la Société Française de Gérontologie est en train d’évaluer les besoins en formation initiale et en formation continue par le biais d’un questionnaire proposé aux médecins coordonnateurs.

« Décembre 2017 »
Décembre
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031