Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Sections
Vous êtes ici : Accueil SNGC IdF Réunions COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU LUNDI 23 AVRIL 2007

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU LUNDI 23 AVRIL 2007

 

SECTION FRANCILIENNE DU S.N.G.C.

 

 

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU LUNDI  23 AVRIL 2007

 

 

Présents : Philippe BABADJIAN, Jean-Pierre CHESSON, Philippe EISCHEN, Muriel KLARH ELFASSI, Anne KONRAT,   Jean-Claude MALBEC, Hélène PITTI-FERRANDI,  Serge REINGEWIRTZ

 

Excusés : Corinne ATTAR-CHICHE,  Florence BARTHELEMY, Laure BODENAN

 

Lieu : Fondation de Rothschild  76 rue de Picpus Paris 12 (20 heures 30)

 

 

Ordre du jour 

 

 

1)      Rapport de la dernière réunion de bureau du SNGCIDF

 

Le 23 mars dernier le bureau du SNGCIDF s’est réuni avec Jean-Marie Vetel à l’hôpital La Collégiale. Y étaient présents Philippe Babadjian, Anne Konrat, Jean-Claude Malbec et Hélène Pitti-Ferrandi. Un certain nombre de points ont été précisés. Si une harmonisation des positions exprimées est admise par tous, il importe néanmoins que les sections régionales restent des lieux d’expression de tous les gériatres et de leurs inquiétudes. Jean-Marie Vetel précise que toutes les régions ont un représentant, de fait, de leur bureau au bureau du SNGC. Celui-ci informe le syndicat national des préoccupations et des difficultés des gériatres sur le terrain et transmet les choix et prises de position du SNGC aux sections régionales. Or il n’y a pour l’instant que l’Ile de France de représentée.

 Il est à noter que les réformes annoncées que ce soit la réforme des USLD, que celle concernant le secteur médico-social donnent lieu à des négociations avec le ministère avec un bénéfice pas toujours très clairement établi pour le médecin gériatre de terrain, d’autant que la plupart du temps les financements ne semblent pas suivre.

Les gériatres présents ont exprimé leurs craintes de l’alourdissement de la charge de travail du médecin coordonnateur avec l’arrivée de Pathos et s’inquiètent de cette nouvelle implication budgétaire, source de possible pression supplémentaire exercée par les directions.

Par ailleurs, il est convenu de rencontres avec le SNGCIDF et Jean-Marie Vetel deux fois par an.

Enfin le bureau du SNGCIDF a redéfini de nouveaux modes de fonctionnement avec des réunions de bureau bimensuelles et des réunions plénières moins fréquentes (2 à 3 par an).

 

2)      Les réseaux et associations de médecins coordonnateurs

 

Jean-Pierre Chesson relate les difficultés actuelles rencontrées dans la création d’un réseau gérontologique (Essonne). Actuellement 4 types de réseaux peuvent prétendre à des financements (réseaux de diabétologie, cancérologie, soins palliatifs et gérontologie) à partir de la DRDR (dotation régionale de développement des réseaux) financée par l’URCAM et l’ARH. Or cette enveloppe serait insuffisante et les budgets diminués. Paradoxalement la transformation d’un réseau Alzheimer en réseau gérontologique, de principe plus large, ne s’accompagne pas d’une augmentation de moyens, mais même d’une diminution. En IDF il existe actuellement 8 ou 9 réseaux gérontologiques et une fédération de ces réseaux (FREGIF) a été créée pouvant aider les réseaux en création et soutenir leur financement de façon transitoire.

Par ailleurs, Serge Reingewirtz souligne le nombre inférieur à celui attendu de demandes de qualification en gériatrie. Les délais ne sont plus que de 3 à 4 mois pour obtenir sa qualification après dépôt du dossier. On note parallèlement  un nombre croissant de médecins coordonnateurs, ceux-ci se regroupés en associations.

Ainsi le paysage change et il importe maintenant de travailler ensemble afin de favoriser la circulation des informations concernant la gériatrie et de s’entendre sur une politique régionale commune.

 

      3) Sortie du décret du 11 avril 2007 relatif au temps d’exercice du médecin coordonnateur en EHPAD

 

Un décret sur le temps d’exercice du médecin coordonnateur est paru de façon discrète et beaucoup d’entre nous l’ignoraient. Outre le temps minimal d’exercice proposé dans ce décret, ceci dans les établissements à GMP supérieur à 800, semblant nettement insuffisant pour exercer correctement ses missions, c’est surtout le glissement d’une douzième mission qui inquiète. Ainsi il y est dit que le médecin coordonnateur « identifie les risques éventuels pour la santé publique dans les établissements et veille à la mise en œuvre de toutes mesures utiles à la prévention, la surveillance et la prise en charge de ces risques » Art.2.

Il s’agit d’une responsabilité de plus sans en avoir encore les moyens.

On peut s’interroger sur les actions respectives du SNGC et de la fédération nationale des médecins coordonnateurs étant donné l’absence de blocage de sortie d’un tel décret.

Le SNGC et les 10 fédérations de directeurs d’établissements ont protesté contre le contenu de ce décret, mais ils n’ont pas été rejoints par la fédération nationale des médecins.

 

3) Réflexions sur la création d’une commission gériatrique régionale

 

Philippe Babadjian défend l’idée de la nécessité d’un décloisonnement du sanitaire et du médico-social avec des liens tissés entre les différentes instances gériatriques au niveau régional. Il convient donc de s’interroger sur les modalités de création d’une commission gériatrique régionale multi partenariale (APHP, hôpitaux publics, privés, associations de médecins coordonnateurs…). Celle-ci permettrait un croisement des différents angles d’approche gériatrique et la définition de position commune auprès des partenaires et organismes de tutelle.

 

4)      Divers 

 

- Assemblée générale du SNGC : vendredi 25 mai 2007 de 14 à 17 h dans les locaux du Méditel, 28 Boulevard Pasteur, Paris 15ème

-Prochaine réunion de bureau du SNGCIDF : le lundi 18 juin 2007 à 19h30  (lieu à préciser)

La date de la prochaine soirée plénière sera fixée lors de cette réunion.

 

Adresse du site du SNGC IDF : http://www.geriatrie.idf.vermeil.org/

 

Nous vous invitons à vous rendre régulièrement sur ce site afin qu’il soir référencé.