Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Sections
Vous êtes ici : Accueil SNGC IdF Réunions Compte rendu de la reunion du SNGC-IDF du 09 janvier 2006

Compte rendu de la reunion du SNGC-IDF du 09 janvier 2006


COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU LUNDI 9 JANVIER 2006

 

Etaient présents :

Nadia AIMEUR, Corinne ATTAR-CHICHE, Laurence CHABENDHERIAN, Pierre François CHOLLET, Daniela DASCENCO, Magali GUICHARDON, Victor HADDAD, Nicole JACQUIN MOURAIN, Muriel KLARH ELFASSI, Anne KONRAT, Jean-Claude MALBEC,  Hélène PITTI-FERRANDI, Anne-Marie PONCHE, Serge REINGEWIRTZ

 

Excusés : Philippe BABADJIAN, Olivier JEANJEAN, Florence BARTHELEMY.                

 

Ordre du jour

 

1) Préparation du 1ercarrefour des médecins coordonnateurs d’EHPAD d’Ile de France

 

Sous l’égide du CMRR, de la SGIF, du syndicat de gériatrie de l’AP-HP, de la section francilienne du SNGC et des responsables enseignants du DIU des médecins coordonnateurs d’Ile de France, ce premier carrefour  se déroulera le lundi 16 janvier 2006 à la Faculté Cochin à 18 heures. Il clôturera la première journée du premier module de trois jours d’enseignement commun  pour les étudiants de la capacité et pour ceux du DIU de médecin coordonnateur en s’adressant également aux anciens étudiants du DIU des années précédentes.  

Trois  ateliers seront proposés : un concernant la jurisprudence du médecin coordonnateur, un autre sur l’annonce du diagnostic de MA en EHPAD, le dernier sur le thème du diagnostic de  MA en EHPAD et les outils diagnostics.

 

Plusieurs commentaires sont recueillis pour préparer cette rencontre.

- Tout d’abord, l’absence de pouvoir du médecin coordonnateur dans le secteur privé à but lucratif face au directeur, en sachant qu’il peut et doit s’appuyer sur le conseil de l’Ordre et se tourner vers la DDASS en cas de problème ne trouvant pas de solution interne, ceci afin que la déontologie, la loi et les chartes concernant les personnes accueillies et hébergées soient respectées.

Plusieurs exemples préoccupants sont signalés par des confrères : disparition de documents d’avis médicaux en cas de désaccord entre le directeur et le médecin coordonnateur, visites de pré admission faites par le directeur pouvant décider seul d’admettre en unité Alzheimer un résident…

- Quelques points sont rappelés: en aucun cas le MC peut être tenu responsable du taux d’occupation de l’établissement, ni du budget et en cas de situation médicale aigue le médecin traitant doit systématiquement être appelé. Ce n’est pas au médecin coordonnateur de faire face à une urgence, sauf en cas d’extrême urgence vitale fort rare, le médecin traitant doit toujours être joint. 

- Le rôle du MC est de faciliter la tâche des médecins intervenants mais pas de s’y substituer.

La situation du MC est souvent confuse pour le résident et son entourage. De plus il faut faire face aux exigences croissantes de familles qui voient en la présence du MC un service médical compris dans les prestations proposées.

 

- Par ailleurs, le turn over des MC dans certains établissements privés est très élevé, traduisant le malaise interne de ce type de structures avec une inflation des actes par les libéraux manifeste et incontrôlable.

- Concernant l’annonce du diagnostic de MA, il n’existe actuellement aucun travaux sur ce sujet. La connaissance de l’état d’information du diagnostic par le résident ou ses proches présuppose une circulation correcte d’informations médicales fiables et étayées. Or l’absence de visite de pré admission, et parfois de dossier d’admission, notamment dans certaines structures privées, sont constatées, sans compter les passages express directs de court séjour en EHPAD où l’information sur le diagnostic, délivrée au résident et à sa famille, est alors rarement connue, ne figurant pas sur les documents médicaux.

Se pose-t-on même la question de la connaissance de sa maladie pour le résident ?

Or ce diagnostic doit être posé et énoncé afin de  permettre ainsi une prise en charge de qualité.

 

 

2) Création d’une fédération des associations de médecins coordonnateurs

 

Un certain nombre d’associations locales de MC se sont créées et il faut rappeler également que le SNGC a une section  EHPAD représentant le secteur médicosocial.

 

Le projet est la création d’une fédération de ces associations pour avoir une représentativité sur le plan national. Ainsi la poursuite de création d’associations locales est fortement encouragée et leurs représentants sont invités à contacter Jean-Pierre Chesson  (jeanpierre_chess@yahoo.fr) afin de former un groupe de travail sur les modalités de la création de la fédération.

Par ailleurs, les relations entre ces associations et le SNGC doivent être clarifiées, car un certain nombre de MC ne sont pas gériatres.

 

Enfin, la création de la spécialité de gériatrie doit amener à revoir les statuts du SNGC.

 

 

3) Prochaines réunions :

 

Lieu : Fondation de Rothschild, 80 rue de Picpus 75012 Paris

 

-         lundi 13 mars 2006

 

                       - 18h30 : réunion de bureau du SNGC IDF

 

                       - 20 h : réunion du SNGC :

Coupe PATHOS

préparation de la réunion du 15 mai 2006

 

 

-   lundi 15 mai 2006 

                       Thème : le secret partagé en EHPAD

                              Avec la présence d’invités (un juriste et un membre du conseil de l’ordre)