Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Sections
Vous êtes ici : Accueil SNGC IdF Réunions Compte rendu de la reunion du SNGC-IDF du 18 avril 2005

Compte rendu de la reunion du SNGC-IDF du 18 avril 2005

SECTION FRANCILIENNE DU S.N.G.C.

 

 

La prochaine réunion est prévue le lundi 13 juin 2005

 à partir de 19 heures 45

à la Fondation de Rothschild, 80 rue de Picpus 75012 Paris

 

 

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU LUNDI 18 AVRIL 2005

 

Etaient présents :

Lydie ABIDH, Corinne ATTAR-CHICHE Brigitte ATTIACH, Linda BENATTAR, Anne BUSSONE Laurence CHABENDHERIAN, Christine COUTRE, Béatrice DEMARET, Victor HADDAD, Muriel KLAHR ELFASSI, Anne KONRAT, Jean-Claude MALBEC, Hélène PITTI-FERRANDI, Serge REINGEWIRTZ, Michel SALOM

Excusés : Didier ARMAINGAUD, Philippe BABADJIAN, Florence BARTHELEMY,  Magali GUICHARDON, Olivier JEANJEAN,  Jean-Luc LATOUCHE, Françoise LURIOT-HURTES Nicole MOURAIN-JACQUIN.

 

Ordre du jour

 

1) Point sur la spécialité de gériatrie

 

La date d’une première réunion des commissions de qualification, dont les compositions sont arrêtées, est fixée le 2 juin prochain avec un début de fonctionnement de la commission de première instance à partir de septembre. Michel Salom rappelle les deux éléments fondamentaux et incontournables pour obtenir une qualification en gériatrie. Il faut d’une part un exercice exclusif (même à temps partiel) et d’autre part une formation de qualité comparable à celle du cursus du DESC de type 2. 

 

Lors des journées du 8–10 avril réunissant le Collège professionnel des gériatres français à Dubrovnik, sur thème de la spécialité en gériatrie, Thierry Constans, professeur à Tours, a traité de la constitution du dossier de demande de qualification et promulgué quelques conseils.

Tout d’abord, il importe d’être bref et synthétique, en donnant des informations directement utiles, d’autant que les dossiers à traiter seront probablement très nombreux. Lors de l’oral, chaque candidat sera reçu par le Professeur Gonthier environ 15 minutes et  les documents manquants au dossier pourront être communiqués jusqu’au dernier jour.

Pour le dossier, la formation  doit être valorisée sur son aspect gériatrique. Les diplômes comportent la thèse de doctorat en médecine (mentionner le sujet s'il est gériatrique), la capacité ou DESC, et les DU ou DIU intéressant le domaine gériatrique.

La deuxième rubrique comporte la liste exhaustive des publications (sujet gériatrique à mentionner) et de toutes les communications.

Il faut faire figurer les activités de soins  (par exemple,  participation à des instances ou des groupes de travail hospitaliers : CME, CLIN, CLAN, CLUD, comité du médicament, comité d'éthique, etc. et les projets visant à étendre ou optimiser la prise en charge des patients âgés (projet hospitalier, CLIC, réseau, etc.)

Tout ce qui concerne l’enseignement doit apparaître: les cours dans les écoles hospitalières (IDE, AS, etc..) et pour les étudiants en médecine, la direction de thèse ou de mémoire de capacité, le fait d’être membre de jury (capacité de gérontologie) ou membre du comité éditorial d'une revue de gériatrie ou d'une revue de soignants  ou avoir animé  des FMC (soirées ou FMC conventionnées).

La cinquième rubrique concerne la recherche avec participation à des travaux de recherche ou des essais cliniques en tant que médecin investigateur.

Sous le terme d’animation, on peut désigner les responsabilités dans un syndicat professionnel ou une société savante (régionale ou nationale), l’organisation de journées annuelles de ladite société, la participation active à des journées scientifiques (président d'une session), l’animation d'associations de malades, l’animation de réunions d'information "grand public",  puis on peut faire figurer les expertises diverses : gériatre expert auprès du Tribunal pour la protection des incapables majeurs, etc. …

 

Enfin (et surtout), l’activité clinique doit être bien précisée dans les différents secteurs de la gériatrie où l’on travaille (durée, nombre de lits, niveau de responsabilité,  disponibilité (souvent seul), consultations,  gardes et astreintes, encadrement des jeunes médecins (internes /assistants).

L’activité de management doit également ressortir et être développée lors de l’oral, où il faudra savoir se présenter et montrer ses compétences dans la gestion des équipes les entretiens avec les familles, l’aptitude à gérer des conflits, ainsi que l’aptitude au travail en pluridisciplinarité et l’investissement institutionnel pour la gériatrie.

Si actuellement, il n'y a pas de cadre à la présentation, l'ensemble du dossier doit être présenté selon une hiérarchie structurée et logique, facile et agréable à lire.

Il faut valoriser son parcours professionnel gérontologique, bien exprimer ses motivations, et ne pas oublier de mentionner ses investissements dans des domaines spécifiques même s’ils n’ont pas donné lieu à des publications.

 

Michel Salom insiste sur l’aspect  qualitatif des attestations jointes au dossier, notamment des courriers de directeurs d’EHPAD et ne pas hésiter à leur fournir soi-même des éléments pour la rédaction de ces courriers pour aller dans ce sens.

 

 Sur le plan syndical, les représentants prendront bien en compte l’activité clinique et les services rendus (participation à la création d’un CLIC et à un réseau, …) afin  que les gériatres de terrain soient reconnus. Les publications ne sont pas des éléments de premier plan pour être spécialiste.

 

En terme de formation, pour les plus jeunes seront exigés les 200 heures de la capacité et 6 semestres en gériatrie. Pour les plus âgés, le consensus avec le Collège professionnel tend vers une demande d’expérience clinique d’au moins trois années après la capacité pour certains, mais cinq ans sont discutés.

Par ailleurs, il faut démontrer que l’on fait bien de la gériatrie en milieu hospitalier. Ainsi lorsqu’on travaille en SSR polyvalent, le PMSI doit être supérieur à 12 pour plus de 40% des journées hebdomadaires pour que l’activité gériatrique soit reconnue.

 

Pour l’instant 180 dossiers sont parvenus au Conseil de l’Ordre, 2 à 3000 sont attendus, et les besoins actuels sont estimés à une formation de 300 gériatres par an. La capacité ne devrait pas disparaître car la voie du DESC 2 ne peut en former que 50 par an.

 

Le cas des médecins étrangers ne pouvant exercer qu’à l’hôpital a été abordé, car il faut obligatoirement être inscrit au conseil de l’ordre pour demander sa qualification, ce qui n’est pas le cas d’un certain nombre.

Enfin, il faut rappeler que c’est le Conseil de l’Ordre départemental qui prononce la qualification et l’expérience montre que dans les autres spécialités beaucoup de médecins sont qualifiés en appel. Il est conseillé pour faire appel de faire faire l’appel par le Conseil départemental de l’Ordre.

Il est discuté également la demande de complément de formation et d’expérience pour les cas dits « limites » pour lesquels une nouvelle demande pourra être effectuée après au moins un an.

 

2) Divers

 

- La prochaine réunion de bureau est prévue le lundi 13 juin à 18 h à la Fondation de Rothschild.

 

- Rappel de la soirée commune le  9 juin prochain avec la Société de Gérontologie d’Ile de France et le Syndicat des  gériatres de l’APHP sur le thème « DMS et T2A »

 (Hôpital Bretonneau à 19h).

 

- A noter le report le 15 septembre 2005 de la journée du colloque « Ethique et Alzheimer » ayant lieu à Reims,  au lieu du 9 juin 2005.

 

-  Philippe Chassagne nous informe de la poursuite de l’enseignement du certificat de médecine gériatrique se déroulant à Rouen destiné aux capacitaires en gérontologie. L'objectif en est une réactualisation des connaissances, avec 4 séminaires de 48 heures chacun, répartis sur deux ans (début : novembre 2005), pour un effectif de 30 participants. Contacter Anne Konrat si vous êtes intéressé qui transmettra, quelques places nous étant réservées (annekonrat@libertysurf.fr ).

 

Adresse du site du SNGC IDF : http://www.geriatrie.idf.vermeil.org/