Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Sections
Vous êtes ici : Accueil SNGC IdF Réunions reunion du bureau du SNGC-IDF du 03 février 2003

reunion du bureau du SNGC-IDF du 03 février 2003

page précédente

SECTION FRANCILIENNE DU S.N.G.C.

 

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DE BUREAU DU LUNDI 3 FEVRIER 2003

 

Etaient présents :

Corinne ATTAR-CHICHE, Brigitte ATTIACH, Philippe BABADJIAN, Linda BENATTAR, Laure BODENAN, Laurence CHAHBENDERIAN, Anne KONRAT, Jean-Claude MALBEC, Hélène PITTI-FERRANDI, Serge REINGEWIRTZ

 

Ordre du jour

 

1)     Répartition des postes du bureau du SNGCIDF

 

Les cinq postes du bureau sont répartis parmi les six membres élus avec comme président Serge Reingewirtz et vice-présidente Linda Benattar. Hélène Pitti-Ferrandi est  secrétaire et Anne Konrat, secrétaire adjointe. Corinne Attar-Chiche reste trésorière, suppléée par Jean-Claude Malbec, le dernier membre élu étant Rosella Salvatore.

 

          2) Répartition des postes de délégués départementaux

 

Les départements d'Ile de France seront donc représentés par :

- Serge Reingewirtz et Hélène Pitti-Ferrandi pour le 75

- Nadine Cabretosa et Jean-Luc Latouche pour le 77

- Laure Bodenan et Michel Salom pour le 78

- Anne Bussone et olivier Jeanjean pour le 91

- Rosella Salvatore et Brigitte Attiach pour le 92

- Corinne Attar-chiche pour le 93

- Magali Guichardon pour le 94

- Philippe Babadjian et Jean-claude Malbec pour le 95

 

3)     Présentation du budget 2002 par Corinne Attar-Chiche

 

Une somme de 5000 francs, correspondant à  762 euros, a été versée par le SNGC en octobre 2001 pour l'année 2002. Ceci a été insuffisant pour couvrir simplement les frais de fournitures et d'affranchissements, notamment en raison du vote par correspondance de la réélection des membres du bureau. Cette modalité de vote a été optée pour permettre une plus large expression des adhérents.

En 2002, la somme des cotisations, perçues par le SNGC, de la part des adhérents franciliens se monte à  3600 euros. Un reversement par le SNGC de 50% de cette somme à  la section francilienne paraît justifié compte tenu de l'activité de la section. Ainsi 1800 euros seront demandés pour l'année 2003.

 

4)     Définition de la place du SNGCIDF face aux différents problèmes rencontrés par les gériatres

 

1)  Le problème du harcèlement moral de certains confrères exerçant en institution a été soulevé. Comme tout salarié, notamment soignant, le médecin peut être l'objet de maltraitance, avec le facteur aggravant de l'isolement. La section doit pouvoir recueillir les informations concernant ces situations si difficiles et apporter un soutien.

Il est décidé de constituer un groupe de travail rassemblant ceux  intéressés par  ce sujet, pour élaborer une procédure afin d'aider les gériatres en difficultés.

La constitution d'un carnet d'adresses de conseillers ou d'experts serait certainement utile et permettrait au  délégué départemental, qu'il faut contacter en cas de problèmes, d'orienter de façon efficiente.

De même, un certain nombre de conseils utiles méritent d'être connus ou rappelés (par exemple : ne jamais soigner un membre du personnel, ni faire de certificat pour un salarié de l'institution)

Philippe Babadjian va contacter le SOU médical afin d'étudier la possibilité d'avoir un interlocuteur compétent dans cet organisme.

 

2) La défense de l'éthique médicale et de la qualité des soins dispensés en institution a été abordée et pose souvent un problème crucial au gériatre. Qu'il s'agisse d'absence de personnel de nuit dans une unité protégée, ou de postes non pourvus, véritable opportunité pour le gestionnaire; les exemples sont nombreux. Dans un gros établissement l'expérience montre parfois qu'avoir un personnel restreint mais formé en gardant des postes vacants est préférable à  l'emploi d'un personnel sans aucune formation. En revanche dans des établissements plus petits, les postes vacants signent l'absence quasi totale de personnel infirmier, notamment le week-end.

 Certains conseils peuvent déjà  être donnés en cas de difficultés à  assurer les soins : envoi d'un courrier à  la direction pour dégager  sa responsabilité,  proposer une rencontre et des solutions.

Recommandations, recherche de qualité, charte des droits des personnes âgées sont une avancée indéniable, mais qu'en est-il de l'application réelle dans les institutions gériatriques ?

On assiste souvent à  une dichotomie entre le discours et les faits.

Un certain nombre de renseignements recueillis sur les établissements permettrait d'élaborer une fiche technique d'évaluation de ces derniers, représentant certainement un intérêt, notamment dans le pourvoi des postes.

 

5)     Mobilisation des gériatres au niveau départemental

 

Corinne Attar-Chiche est chargée d'organiser avec les délégués départementaux, une réunion au niveau de chaque département, pour les médecins coordonnateurs. Il reste à  élaborer le contenu de cette réunion. Un thème pourrait être :"Difficultés rencontrées sur le terrain par le MC et aspects juridiques".

 

6)     Divers

 

- Projet d'un congrès national des médecins coordonnateurs en mars 2004 organisé par Anne-Sophie Rigaud et Xavier Cnockaert.

- Projet d'une journée sur le SROS gériatrique en mai 2003 réunissant le Syndicat des gériatres de l'AP, le SNGC et la Société de Gérontologie d'Ile de France.

 

 

Offre de poste : Médecin gériatre, 3 demi-journées/sem, Résidence Georges Léger 4 avenue du Général Leclerc

Directrice à  contacter : Mme Daniel  06 82 43 78 55

 

La prochaine réunion du SNGCIDF est prévue le lundi 24 février 2003 à  partir de 20 heures à  la Fondation de Rothschild, 80 rue de Picpus 75012 Paris

page précédente