Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Sections
Vous êtes ici : Accueil SNGC IdF Réunions reunion SNGC du 08 mars 2004

reunion SNGC du 08 mars 2004

                                          page précédente

 

 SECTION FRANCILIENNE DU S.N.G.C.

 

 

 

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU LUNDI 8 MARS 2004

 

 

Etaient présents :

Lydie ABIDH, Brigitte ATTIACH, Philippe BABADJIAN, Linda BENATTAR, Laurence CHAHBENDERIAN, Pierre-François CHOLLET, Daniela DASCENCO, Nicole JACQUIN-MOURAIN Muriel KLAHR-ELFASSI, Anne KONRAT, Virginie LAURENT, Fabrice LOCHER, Hélène PITTI-FERRANDI, Serge REINGEWIRTZ, Michel SALOM, Sandrine SOUCHON

 

Excusés : Corinne ATTAR-CHICHE, Anne BUSSONE, Magali GUICHARDON, Jean-Claude MALBEC

 

Ordre du jour

 

 

1)Présentation des résultats de l'enquête sur la définition des résidents accueillis en EHPAD par Brigitte Attiach

 

L'enquête sur la définition du profil des résidents accueillis en EHPAD s'est déroulée de début avril à fin juin 2003, avec la contribution  de Janssen Cilag qui en a assuré le mailing. Le questionnaire, élaboré par Muriel Klahr Elfassi et Jean-Claude Malbec et validé par Josiane Holstein, gériatre épidémiologiste à l'APHP, a été envoyé en double exemplaire, un au directeur et un au médecin référent,  aux 468 établissements de plus 50 lits d'Ile de France, figurant sur le fichier de la DRASSIF.

Ceci correspondait approximativement à une offre d'hébergement de 45 000 places. Au bout de cinq semaines, une relance téléphonique de tous les établissements a été effectuée (environ 15000 appels) par 11 médecins inscrits au DIU de médecin coordonnateur.

Le taux de réponses de ce questionnaire anonyme, a été variable selon les départements, et globalement élevé (200/468), ceci recouvrant à peu près plus de 15 000 places, 12% des EHPAD n'ayant pas répondu quant à leur nombre de lits et à leur GMP. On constate une disparité de l'offre d'hébergement entre les départements   ( pénurie pour Paris et le 93, le 77 est le mieux pourvu) et dans cette enquête, les établissements privés sont plus largement représentés en nombre (138) que les établissements publics (59).

 

 Entre autres, on peut noter environ 94% de salariés chez les médecins répondeurs et 30% ayant une activité libérale au sein de l'EHPAD, avec 66,4%, de soignants et une majorité exerçant une activité de coordination (plus de 83% des cas). Les GMP d'établissements répondeurs vont de 483 à 830 avec une moyenne de 660 et certains résultats sont inattendus avec notamment  la proximité fréquente d'un service de gériatrie aiguë et l'aide importante du secteur psychiatrique.

Certaines questions ont peut-être été mal comprises, notamment celles concernant les conventions passées avec les établissements sanitaires et l'existence d'une pharmacie interne.

On constate qu'un quart des établissements, dont 2/3 sont des EHPAD hospitalières, dispose d'une permanence infirmière 24h sur 24 week-ends compris, et 71,6% ont une présence infirmière le jour uniquement, week-end compris.

Concernant la permanence et la continuité des soins, dans 75% des cas un médecin passe quotidiennement dans la structure en semaine, et dans 25% des cas le week-end. Seules 76% des EHPAD hospitalières ont un médecin de garde sur place et, pour les autres établissements, 30 % ont un médecin salarié d'astreinte.

Concernant la dépendance, on peut rappeler que le médecin évalue et valide en signant le GMP, l'établissement aura alors un budget alloué selon les chiffres réels et non prévisionnels, et remarquer que les pratiques des tutelles semblent varier selon les départements. La validation du GMP est annuelle avec un recontrôle en cas de variations de plus de 5%, par exemple dans les Yvelines.

 

 

Pour les admissions le médecin donne pratiquement toujours son avis (98,5%) qui est "le plus souvent" suivi (90%), cependant dans le privé à but lucratif 12% des avis sont suivis seulement "parfois".

Une visite d'admission est prévue dans 68% des cas, moins souvent dans le secteur privé où les avis se font essentiellement sur dossier

Il nous semble très important d'effectuer des visites d'admissions pour plusieurs raisons, d'une part afin de se positionner clairement dans la filière gériatrique en fonction du profil de l'établissement, d'autre part, afin de permettre l'accueil du résident, l'évaluation de son désir d'entrée en institution et de ses besoins.  Les problématiques sont pour chacun différentes : en soins de suite l'objectif est de trouver rapidement une solution d'aval adaptée au patient dans des établissements d'hébergement au turn over plus lent et imprévisible, avec un remplissage d'établissement différent selon la catégorie de l'EHPAD (public, commercial ou non lucratif).

On peut proposer un premier avis donné sur la lecture des dossiers médicaux des demandes d'entrées, permettant de donner une réponse rapide négative si c'est le cas. Tous s'accordent à ne pas multiplier les visites d'admissions inutiles et néfastes pour la personne âgée, mais néanmoins il faut préparer l'entrée en EHPAD avec une visite et une évaluation médicale.

 

 

2) Point sur le site Internet francilien

 

Une réunion a eu lieu en février dernier sur la création du site Internet des gériatres d'Ile de

France, regroupant la SGIF, le Syndicat des gériatres de l'APHP et le SNGCIDF. La situation est pour l'instant bloquée en raison du coût, 10 000 euros sont demandés pour un  hébergement dans le site de la Revue de Gériatrie.

Anne Konrat propose, sur l'initiative d'un gériatre de Montargis, la constitution d'un espace de discussion  avec une liste de diffusion sur Internet. En effet beaucoup ressentent l'inexistence actuelle d'un tel espace au niveau du SNGC. Chacun pourrait y donner son avis avec une émergence collective d'opinions, ce qui semble actuellement faire défaut.

Michel Salom rappelle la nécessité d'une ligne claire et unique pour un syndicat, mais il importe d'entendre les avis divergents. Une réflexion collective doit être menée selon les thèmes avec un débat d'opinion avant d'exprimer une opinion nationale.

 

 

La prochaine réunion est prévue le lundi 10 mai 2004 à partir de 19 heures 45

 

à la Fondation de Rothschild, entrée 80 rue de Picpus 75012 Paris

 

Ordre du jour :

1) Position et propositions de la section francilienne sur la future qualification de spécialiste en gériatrie

2) Accueil de stagiaires en capacité et en formation de MC d'EHPAD

3) Candidatures aux prochaines élections de la section francilienne

4) Infos diverses : journée canicule en IdF, site internet

 

 

 

 

 

page précédente